Hao

Etude transversale comparant l’imprégnation aux polluants industriels des populations de l’atoll de Hao à celles de l’atoll de Makemo

Le contexte

L’atoll de Hao, dans les Tuamotu, a accueilli la base avancée du Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP) lors des essais nucléaires français de 1963 à 2000. Cet atoll a servi de pont aérien et maritime pour les personnels et le matériel à destination des atolls de Moruroa et Fangataufa.

En 2006, l’Etat a décidé de procéder à la réhabilitation des sites utilisés par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et le CEP. La réhabilitation de l’atoll de Hao débute en 2009 par la déconstruction des anciens sites militaires. En parallèle, l’armée a entrepris d’évaluer les pollutions industrielles dues à l’activité du CEP, afin d’en gérer les impacts. En 2011, une étude d’impact des pollutions des sols et des eaux et une évaluation des risques a été réalisée par les sociétés ARTELIA (bureau d’étude métropolitain) et PAE TAI PAE UTA localement.
On retiendra essentiellement de cette étude :

  • Eaux : pollution aux polychlorobiphényles (PCB),
  • Gazon algal : pollution aux PCB, métaux lourds,
  • Sols de surface : pollution aux PCB, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et métaux lourds,
  • Denrées alimentaires de l’atoll : pollution aux PCB, métaux lourds.

Le rapport remis en juin 2012 a donné lieu à des observations des services de la Polynésie française. Le conseil des ministres du Pays a acté la réalisation d’une étude sanitaire d’imprégnation de la population de Hao. Sollicitées en décembre 2012, les autorités de l’État ont répondu favorablement à la réalisation de cette étude. Sur cette base, un comité de suivi a été constitué et s’est réuni pour la première fois le 5 avril 2013 afin d’évoquer le cadre et les modalités de l’étude.

A la demande du comité de suivi de l'étude sanitaire, la recherche de polluants a été étendue aux dioxines et aux pesticides, qui n'avaient pas été inclus précédemment dans l'étude d'impact et d'évaluation des risques..

Les objectifs

Les objectifs généraux de cette étude sont :

  • de mesurer l’imprégnation de la pollution industrielle sur la population de Hao,
  • d’informer la population,
  • de préconiser des recommandations, s'il y a lieu.

Afin d’atteindre au mieux ces objectifs, une comparaison de 2 populations est proposée :

  • celle de Hao, le site d’étude ;
  • celle de Makemo, un site de comparaison, doté de caractéristiques similaires, mais qui n’a jamais connu d’activité militaire.

Les objectifs spécifiques sont de répondre aux interrogations suivantes :

  • La population de Hao est-elle plus imprégnée par des polluants industriels que la population de Makemo ?
  • Quels sont les groupes de population les plus imprégnés ?
  • Quelles sont les voies d’exposition majeures (i.e. quelles sont les sources alimentaires majeures) ?
  • Si l’imprégnation s’avère plus élevée au sein de la population de Hao, quelles seraient les recommandations et les mesures possibles pour réduire cette imprégnation ?

En collaboration avec...

  • Dr M. LUCAS - Epidémiologiste/nutritionniste - Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé (SP-POS) du CHU de Québec, Département de médecine sociale et préventive, Université Laval, Québec, Canada (www.chudequebec.ca)
  • Dr P. AYOTTE - Épidémiologiste/toxicologiste - Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé (SP-POS) du CHU de Québec, Département de médecine sociale et préventive, Université Laval et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), Québec, Canada