Louis Malardé

Louis Malardé : un médecin polynésien à la tête de l'Institut

Né à Papeete le 1er janvier 1930, Louis Malardé est d’abord élève de l’Ecole des Frères de Ploërmel. En 1947, son brevet élémentaire en poche, il s’envole vers la métropole pour y poursuivre ses études secondaires, grâce à l’une des premières bourses du Territoire.

 

Lauréat de la Faculté de Médecine de Paris, diplômé de Médecine tropicale puis d’Hygiène et d’Action sanitaire, il entre en 1964 à l’Ecole nationale de Santé publique de Rennes pour y préparer un mémoire, remarqué par ses maîtres, sur « Le rôle de la médecine préventive dans la lutte contre la filariose de Bancroft en Polynésie française ». Visionnaire, il écrit : « L’incendie est éteint mais le feu continue de couver par endroit ! Pour réduire ce danger, l’usage d’un produit actif contre le parasite adulte s’impose ». On est en 1965, il faudra attendre plus de 30 ans avant de disposer d’un tel médicament…

 

Nanti de tous ses diplômes, Louis Malardé rejoint ensuite Honolulu et l’Ecole de Santé publique de Hawaii. Il y retrouve le Docteur Louis Rosen, avec qui il travaille sur la méningite à éosinophiles, une pathologie parasitaire fort inquiétante à l’époque dans certaines îles du Pacifique. Sa brillante activité lui vaut de se voir décerner le titre de Professeur de l’Université de Hawaii en 1965.

 

Il rejoint Tahiti à la fin de l’année 1966 et prend la direction de l’Institut de recherches médicales de Polynésie française, le 1er janvier 1967. Sa compétence et sa fermeté font autorité dans le contexte polynésien.

 

Malheureusement, Louis malardé est emporté, le 27 décembre 1967, par un mal chronique dont il se savait atteint depuis des années, et ce malgré un dernier séjour hospitalier à Hawaii.

En hommage à sa compétence et son dévouement pour la santé du monde polynésien, l’Institut prend son nom en 1968.