Les programmes du LMT

Trois grands volets de recherche sont actuellement poursuivis au LMT. Ils ont pour objet les efflorescences potentiellement dangereuses de certaines espèces du phytoplancton marin, les biotoxines marines dont elles sont à l'origine, ainsi que les conséquences sanitaires et économiques des intoxications liées aux produits de la mer en Polynésie.

Surveillance épidémiologique des cas d'intoxication par biotoxines marines (ciguatéra) en Polynésie

Chef de projet : Mireille CHINAIN, Dr. Sc.

Il s'agit en fait de la réactivation du programme déjà existant, mis en place vers la fin des années 60 par l'ILM en collaboration avec la Direction de la Santé de Polynésie, et qui souffre aujourd'hui d'une sous-déclaration manifeste.

Elle a pour objet de déterminer la prévalence et l'étiologie des différentes formes d'intoxications par consommation de produits de la mer en Polynésie et, partant, leurs impacts sanitaires et économiques réels pour les populations concernées, en association avec la Direction de la Santé, l'Institut de recherche pour le développement de Nouvelle-Calédonie et l'Université de Laval-Québec (Canada).

Données épidémiologiques de la ciguatéra

Les données recueillies permettront, entre autre, d'assurer une meilleure prise en charge des patients, et de proposer des mesures de prévention adéquates aux populations concernées.

En collaboration avec...

  • Dr HP. MALLET - Direction de la santé - Bureau des maladies infectieuses, Département des programmes de prévention (http://www.sante.gov.pf)
  • Dr D. LAURENT - Institut de recherche pour le développement de Nouvelle-Calédonie - Laboratoire de pharmacochimie des substances naturelles et pharmacophores Redox UMR152 IRD/Université Paul Sabatier (http://www.ird.nc ou http://www.ups-tlse.fr)
  • Drs E. DEWAILLY et ML. CHATEAU-DEGAT - Université de Laval (Québec, Canada) - Unité de recherche en santé publique (http://www.ulaval.ca)

Ecologie et toxinogenèse de la microalgue Gambierdiscus sp.

Chef de projet : Mireille CHINAIN, Dr. Sc.
 
Ce volet d'étude regroupe plusieurs actions :
  • la surveillance in situ des densités de la microalgue dans plusieurs sites ciguatériques, la modélisation des efflorescences saisonnières de Gambierdiscus et l'étude de leur impact sur la prévalence annuelle des cas d'intoxication ciguatérique en Polynésie française, en association avec l'Université Laval,

  • la constitution d'une algothèque riche de plusieurs dizaines de lignées cellulaires de dinoflagellés ciguatérigènes,

  • la production en masse et la purification des toxines ciguatériques (CTXs) par le biais des cultures in vitro , afin de se constituer une source continue de CTXs algales et étoffer la banque de CTXs de l'ILM,

  • la mise en place d'outils de détection des différentes espèces de la microalgue au moyen de techniques traditionnelles (microscopie optique ou électronique) et moléculaires (RT-PCR, séquençage...) pour une surveillance en temps réel et en routine des efflorescences potentiellement dangereuses au sein des lagons polynésiens, en collaboration avec la NOAA et la Smithsonian Institution,

  • l'étude des bases de la toxinogenèse chez Gambierdiscus, en vue de la caractérisation de marqueurs génétiques permettant de détecter spécifiquement les souches toxiques (donc dangereuses) de la micro-algue dans la nature.

         

En collaboration avec...

Détection et dosage des CTXs dans différentes matrices biologiques

Chef de projet : Taiana DARIUS, Dr. Sc.

Qu'il s'agisse d'extraits préparés à partir de cellules de la microalgue ou de la chair de poissons (herbivores et carnivores), ce volet d'étude implique:

  • des campagnes régulières de prélèvements des échantillons pisciaires et microalgaux, dans différentes îles et atolls de Polynésie (Tubuai, Raivavae, Nuku Hiva, Fakarava, Moruroa) en association notamment avec le Commandement supérieur des forces armées en Polynésie française, et la Direction pour le suivi des centres d'expérimentations nucléaires

  • la mise au point de méthodes chimiques d'extraction rapide des toxines ciguatériques, à partir de ces échantillons biologiques,

  • la mise au point d'une batterie de méthodes de détection et de dosage, complémentaires les unes des autres (test de toxicité aiguë sur souris, test interaction ligand-récepteur, test de cytotoxicité, test immunochimique,…), en association notamment avec la National Oceanic and Atmospheric Agency (Etats-Unis), l'Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie et l'Agence Internationale de l'Energie Atomique,

  • la validation à grande échelle et la calibration inter-laboratoire des différentes méthodes de détection et de dosage, une fois leur mise point achevée.

           

En collaboration avec...

  • Dr MY. BOTTEIN-DECHRAOUI - National Oceanic and Atmospheric Agency (NOAA) - Center for coastal environmental health & biomolecular research (http://www.chbr.noaa.gov)
  • Drs L. VILLIERS et C. MUSA - Direction pour le suivi des centres d'expérimentations nucléaires (DSCEN) (http://www-dam.cea.fr)

  Poster : Comment détecter les ciguatoxines dans le poisson ?

 Poster : Ciguatera in French Polynesia 2000-2004